Avocat et musculation : Comment s’en servir pour progresser ?

L'importance de l'avocat en musculation

Quoique les juristes puissent être d’excellents sportifs et être taillés en V, c’est bien de l’avocat qui se mange que nous voulons parler…

L’avocat en musculation a généralement une place de choix, mais encore faut-il savoir interroger les habitudes. Après tout, si chacun reproduit ce qu’il voit autour de lui sans se poser plus de questions, il n’est pas étonnant que des aberrations en tous genres se perpétuent !

Quoi qu’il en soit, l’avocat en musculation présente déjà l’avantage d’avoir un goût inimitable et particulièrement agréable. Même quand le temps est maussade, on peut mentalement se délecter de cette fraîcheur très franche et de cette saveur qui reste doucement en bouche…

À manger froid avec de la vinaigrette ou dans une salade composée, il est parfaitement à sa place. Mais qu’en est-il vraiment de l’avocat en musculation : comment doit-on l’appréhender ?

Les propriétés de l’avocat en musculation

Un aliment noble par excellence

Vous connaissez toutes ces publicités d’alcools, où la mention « à consommer avec modération » est affichée à un endroit ou à un autre ? Eh bien, l’avocat en musculation est tellement recommandé que vous pouvez mettre cette idée au rancart !

Le manger, bouger est pour tout adepte de la muscu une vocation. Pas question de faire n’importe quoi : il est impératif de veiller à son alimentation, non seulement pour qu’elle soit saine et équilibrée, mais aussi pour qu’elle accélère la récupération et la masse des muscles.

L’avocat en musculation est en premier lieu, comme dans d’autres circonstances, un mets délicat.

C’est un fruit, même si on le mange comme un légume. Il pousse – ce n’est pas très original ! – sur l’avocatier et son nom vient de l’espagnol « aguacate ». Logique, puisque les conquistadors nous l’ont rapporté d’Amérique latine, le Mexique en étant toujours le premier producteur mondial !

Cru, la composition de l’avocat en musculation est des plus intéressantes. Il contient des oligo-éléments (potassium, magnésium, phosphore, calcium, sodium, zinc, fer et cuivre), des vitamines (C, B1, B2, B3, B5, B6, B9, B12, A, E et K – plus du rétinol) et des acides gras (saturés, mono-insaturés façon oméga-9 et oméga-6, ainsi que poly-insaturés). Notez que la vitamine E a d’intéressantes propriétés anti-inflammatoires. Nous vous invitons à compléter votre culture via la lecture de Pourquoi les vitamines sont nécessaires en musculation ?

Ce fruit compte principalement de l’eau, puis des lipides (quasiment 20 %), des glucides, des fibres, des protéines et des sucres simples. Pour l’avocat en musculation, sachez que 100 g de chair crue équivalent à 160 Kcal.

Il est tout à fait possible de consommer l’avocat en musculation avec un peu de whey, mais aussi, selon les préférences de chacun, avec un laitage ou un peu de cacao (de préférence en poudre et dégraissé). On peut également le réduire en smoothie pour se rafraîchir davantage.

La France est le deuxième importateur d’avocats au monde et le premier en Europe : serait-ce dû aux amateurs de muscu ? En tout cas, pour associer effort et plaisir, rien de mieux que notre étude Développer sa force musculaire : l’alimentation la plus adaptée.

L’avocat en musculation est bon pour le corps

La consommation de cette formidable denrée est excellente pour tout le monde, notamment parce qu’elle fait rapidement baisser le taux de triglycérides et de mauvais cholestérol (LDL) dans le sang, tandis que la proportion de bon cholestérol (HDL) augmente en parallèle.

C’est donc génial pour lutter contre les risques cardiovasculaires !

Autre avantage de l’avocat en musculation : sa faible teneur en glucides – glucose, fructose ainsi que saccharose… sans oublier perséitol et autres glucidiques spéciaux. Tenez-vous bien : il y en a seulement 2 g pour 100 g d’avocat ! Vous aurez du mal à trouver d’autres fruits frais qui puissent rivaliser…

Il n’est donc pas étonnant que l’avocat occupe une place de choix parmi les produits cosmétiques et pharmaceutiques – sur ce sujet, n’hésitez pas à poursuivre avec l’exemple suivant : Les Laboratoires Expanscience misent sur l’avocat.

Cela n’empêche pas pour autant l’avocat en musculation de correspondre à un important apport calorique, tout en stimulant les hormones de croissance, ce qui le rend parfaitement adapté pour les enfants et ados en train de grandir… mais aussi tous les sportifs !

Mesdemoiselles et Mesdames pourront en outre employer l’avocat pour rehausser l’éclat de leur peau ou la somptuosité de leurs cheveux.

Ses lipides majoritairement insaturés le rendent, lorsqu’il est bien mûr, facile à digérer. On y retrouve notamment l’acide oléique, celui-là même qui compose l’huile d’olive, dont les vertus sont elles aussi nombreuses pour la santé.

Parmi ces substances lipidiques, il y aussi une lécithine (comme pour le jaune d’œuf) qui intervient dans l’assimilation par l’organisme des nutriments liposolubles, parmi lesquels nous trouvons différentes vitamines et graisses. Elle se double encore de choline, élément excellent pour le cerveau et les cellules.

Précisément, la singularité de l’avocat en musculation réside dans ce dernier point : les lipides. En effet, on a trop souvent tendance à se concentrer exclusivement sur la recherche des protéines et glucides – au sujet de ces derniers, il sera bon de consulter notre billet Comprendre et utiliser l’index glycémique en musculation.

Pourtant, qui pourrait vivre sans un tant soit peu de corps gras, et qui a dit qu’il n’y avait que du mauvais gras ?

C’est là que surgit l’avocat en musculation, pour nous prouver qu’il existe du bon gras, avec ses quelque 15 g de lipides tout à fait appréciables ! Il est grosso-modo 20 fois plus gras que la plupart des fruits que nous consommons au quotidien.

Quand associer avocat et musculation ?

Comment les bodybuilders combinent avocat et musculation ?

Les maîtres ès beaux muscles ne trouvent guère mieux que l’avocat, en musculation, pour consommer des lipides sans effets secondaires indésirables. Vous pouvez réviser ces notions avec notre exposé Les lipides en musculation : tout savoir sur ce nutriment.

Outre tous les bienfaits que nous avons eu l’occasion de décrire au fil des paragraphes qui précèdent, l’avocat en musculation présente l’atout de booster la récupération des muscles, principalement grâce à son abondance en potassium – 3 fois plus que les bananes !

Un autre élément essentiel de l’avocat pour la muscu, c’est qu’il ne manque pas d’acide folique, substance qui contribue largement à ce que le corps absorbe efficacement les protéines. C’est un peu comme la vitamine D du lait amélioré qui aide la fixation du calcium chez les grands comme chez les petits : ici, votre shaker ne sera pas bu en vain !

Ce même acide folique dope la production des tissus musculaires, propriété qui intéressera à coup sûr plus d’un culturiste.

De plus, la présence des lipides, déjà évoquée, améliore la régulation des taux sanguins de sucre, cette glycémie qui nous embête parfois beaucoup ! Ils agissent en dopant le corps humain lorsqu’il brûle ses graisses pour produire de l’énergie à l’occasion des entraînements.

La sensation de satiété offerte par l’avocat en musculation est une énième qualité qui permettra aux plus gourmands de lutter contre le grignotage et les excès alimentaires.

Chez les sportifs de tout poil, on conseille volontiers la consommation d’un avocat par jour, voire deux, mais guère plus, tout en faisant une pause d’un ou deux mois chaque année (au début du printemps par exemple).

Avocat et musculation : la question de la sèche et les limites

C’est l’un des aliments les plus courus par les bodybuilders arrivés au bout d’un programme d’exercices et désireux de conserver un certain poids. L’avocat en musculation a un effet direct de fonte de la graisse abdominale, un peu comme le thé vert – vous pourrez devenir incollable sur les abdos grâce au dossier Le gainage des abdominaux en musculation : tout savoir de A à Z.

Le culturisme pose à un moment ou à un autre le problème de la sèche. Peut-être en êtes-vous déjà là ?

Ici, l’avocat en musculation doit être pris avec davantage de précaution : son apport calorique pourrait être trop important. Selon ce que l’on ingère en parallèle, il pourra donc valoir le coup de réduire la voilure et de passer à une moitié d’avocat par jour.

Mais cela dépend des métabolismes et des régimes, et certains pourront garder la même consommation qu’auparavant !

Autre limite : l’avocat compte près de 18 acides aminés… C’est vraiment pas mal, mais ça ne suffit pas pour constituer toutes les sources protéiques dont le corps à besoin : un peu de BCAA en perspective !

Si vous cherchez d’autres sources de « bon gras », n’hésitez pas à regarder du côté de l’huile d’olive, des amandes, du beurre de cacahuète et des poissons réputés gras (i. e. le saumon).

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous aguerrir… dans la cuisine de l’avocat ! Vous verrez, vous finirez par inventer des recettes, par glaner des astuces pour faire mûrir les fruits plus vite, et même par essayer d’en planter… Mais là, c’est mal barré si vous habitez en métropole, le climat n’étant pas spécialement propice !