La gynécomastie représente le développement excessif des glandes mammaires chez l’homme. Si cette pathologie n’est cliniquement pas considérée comme grave, elle peut cependant s’avérer être une source de grands complexes pour la personne atteinte.

Comment peut-on se débarrasser de cet excédent de glande ? Entre idées reçues et croyances populaires, faisons le point sur la gynécomastie et voyons si le surplus pectoral peut se perdre grâce à la pratique de la musculation.

La gynécomastie : tour d’horizon de cette pathologie

La gynécomastie : ce terme vous est peut-être familier, mais connaissez-vous réellement cette pathologie très fréquente ? Découvrez dans cette partie toutes les informations importantes à retenir sur la gynécomastie.

Définition

Une personne atteinte de gynécomastie présentera des glandes mammaires anormalement développées. Il s’agit d’un amas localisé au niveau des pectoraux. On parle d’hypertrophie de la poitrine.

Elle peut se présenter de façon symétrique, ou bien être plus ou moins accentuée d’un côté ou d’un autre. Cette pathologie n’a rien de grave mais elle peut entraîner un grand manque de confiance en soi et les séquelles sont donc principalement psychiques.

En effet, la poitrine masculine se caractérise normalement par une surface plate épousant le muscle des pectoraux, contrairement aux seins féminins. La gynécomastie est donc souvent source d’une grande gêne et d’un repli sur soi.

Dans certains cas, elle peut aussi provoquer des douleurs. Si ce phénomène vous est inconnu, sachez qu’il concerne pourtant plus de la moitié des hommes ! En parallèle, je vous invite à lire : Douleur coude en musculation : quelles causes et quelles solutions ?

En parallèle, voici une vidéo explicative pour éviter les blessures en musculation :

Les types de gynécomastie

On distingue différents types de gynécomastie en fonction du stade d’avancement mais aussi selon la forme de la poitrine. Ce trouble se classifie aussi selon le type de tissu affecté, on en distingue trois catégories principales :

La gynécomastie glandulaire : La croissance concerne seulement les glandes mammaires. C’est un trouble hormonal.

La gynécomastie grasse : Le volume mammaire résulte d’un simple excès de graisse, il s’agit d’une adipomastie.

La gynécomastie mixte : C’est un cas plus important qui affecte les glandes mais aussi le reste du sein. On note un excès de graisse, allié à un excès de peau.

Les causes de la gynécomastie 

Chez l’adolescent, cette pathologie peut apparaître de manière temporaire, lors d’un trouble hormonal. Elle survient aussi fréquemment chez l’homme âgé, parallèlement à la diminution de la production de testostérone.

Mais quand elle arrive à l’âge adulte, comment l’expliquer ? On distingue différentes causes. Pour obtenir des informations à ce sujet, vous pouvez consulter : Comment augmenter son taux de testostérone rapidement ?

En parallèle, si vous souhaitez développer vos pectoraux, voici une vidéo explicatives de 4 exercices à réaliser :

Les causes pathologiques

Dans ce cas, la gynécomastie survient à cause d’une autre pathologie ayant trait aux hormones. On peut évoquer notamment les différentes tumeurs au niveau du testicule ou de la glande surrénale, mais aussi les maladies du rein, du foie ou de la thyroïde.

Les causes iatrogènes

Cette croissance anormale au niveau des pectoraux peut survenir suite à une prise de médicaments ou de stupéfiants.

Gynécomastie et adipomastie : ne pas confondre !

S’il est vrai qu’esthétiquement, la gynécomastie et l’adipomastie présentent des similitudes, il faut cependant distinguer ces deux troubles, qui ne nécessiteront pas le même traitement.

La gynécomastie est d’origine hormonale, elle concerne la glande mammaire et nécessite donc un traitement hormonal et une intervention chirurgicale.

L’adipomastie, en revanche, est bien un amas de graisse, souvent du à une obésité ou un surpoids. Dans certains cas, elle peut s’atténuer suite à une perte de poids généralisée ou peut faire l’objet d’une liposuccion ou d’une cryolipolyse.

Pour vous permettre d’avoir le maximum d’informations à ce sujet, vous pouvez lire : Comment sécher son corps rapidement : Tout ce que vous devez savoir

Consultez votre médecin pour être sûr de la pathologie dont vous souffrez et pour pouvoir adapter le traitement.

Pratiquer la musculation lorsqu’on est atteint de gynécomastie : est-ce bénéfique ?

Beaucoup de personnes atteintes de gynécomastie pensent pouvoir régler ce déséquilibre graisseux grâce à une pratique intensive de musculation, en ciblant les pectoraux. Vous pouvez lire en parallèle : Fréquence d’entrainement pour prise de masse : conseils et techniques

Cette idée reçue est fausse, voyons en détail pourquoi se muscler n’est pas suffisant pour traiter ce trouble.

Peut-on perdre de la graisse localement ?

Les hommes souffrant de gynécomastie entreprennent souvent la même démarche et se lancent dans un entraînement intensif des pectoraux, en espérant muscler leur poitrine et voir le surplus mammaire disparaître progressivement.

Malheureusement, il demeure impossible de perdre de la graisse de manière locale, même en ciblant cette zone dans votre programme de musculation.

Pour perdre de la graisse à un endroit spécifique de votre corps, il n’y a pas d’autre solution que de perdre du poids de manière générale. Je vous conseille donc de lire : Dépense calorique en musculation : brulez-vous des graisses ?

En cas de surpoids avéré, il se peut cependant que la peau reste flasque au niveau de vos pectoraux et qu’elle donne ainsi un aspect disgracieux, pouvant être confondu à tort avec la gynécomastie.

Mais attention, lorsque cette dernière est due à un trouble hormonal, il ne s’agit plus d’un simple excès de graisse à éliminer : il s’agira de traiter la pathologie de manière hormonale. Nous verrons dans le dernier paragraphe les différentes méthodes de traitement pour chacun de ces troubles.

Les risques

La musculation ne représente pas à proprement parler un risque pour les hommes souffrant de gynécomastie mais elle peut constituer un frein. En effet, malgré tous vos efforts, aucun résultat ne sera visible sur vos pectoraux si le surplus de glande subsiste.

Certains pratiquants de musculation souhaitant développant leur masse musculaire de manière intense peuvent être amenés à consommer des stéroïdes anabolisants. Un article à ce sujet : Les effets des stéroïdes anabolisants en musculation

Ces produits dopants sont fréquemment utilisés pour permettre d’augmenter rapidement et massivement la force et le volume musculaire. Il faut cependant prendre en compte que la prise de stéroïdes peut justement être à l’origine d’une augmentation du volume des seins.

Ne pensez donc pas à la musculation excessive et à la prise de compléments comme une solution viable pour agir sur votre gynécomastie : vous risqueriez au contraire d’aggraver le trouble.

La gynécomastie : le traitement

Malheureusement, même avec la meilleure volonté du monde, la gynécomastie ne pourra pas disparaître seulement en pratiquant la musculation. La première étape avant de traiter la gynécomastie consiste à identifier les causes.

Ensuite, la solution la plus adaptée vous sera recommandée par votre médecin ou chirurgien, en fonction du stade de développement de la pathologie.

Prévenir la gynécomastie

Lorsque la gynécomastie n’est pas à un stade avancé, il est encore possible dans certains cas d’intervenir grâce à un traitement médicamenteux ou grâce à la prise de compléments alimentaires. Vous pouvez lire ne parallèle : Le dosage des BCAA : Tout savoir de A à Z pour progresser

Certains médicaments à base d’anti-oestrogènes peuvent être prescrits pour bloquer le développement mammaire anormal. Certains crèmes ou gels à base de DHT sont aussi disponibles et peuvent permettre une action locale, grâce à l’hormone mâle qu’ils contiennent.

Pour prévenir une gynécomastie, on peut également avoir des recours naturels, comme le Comment peut-on se débarrasser de cet excédent de glande ? Entre idées reçues et croyances populaires, faisons le point sur la gynécomastie et voyons si le surplus pectoral peut se perdre grâce à la pratique de la musculation..

Intervention chirurgicale

Le traitement chirurgical est souvent la seule solution pour se débarrasser durablement de la gynécomastie, qu’elle soit hormonale ou due à un surpoids. Dans certains cas, l’opération peut être prise partiellement en charge par la sécurité sociale.

La gynécomastie

Pour réduire le volume mammaire, une mastectomie est pratiquée. Il s’agit d’une opération consistant à extraire la glande mammaire, suite à une incision sous l’aréole. Elle implique également l’ablation des tissus en excès. L’opération se déroule sous anesthésie générale.

L’adipomastie

En cas d’obésité, la première étape avant d’intervenir de manière chirurgicale sera de perdre du poids en effectuant un régime. Si le surpoids est important, il est fort probable que l’excédent graisseux subsiste au niveau de la poitrine : il conviendra alors de supprimer la graisse par une lipoaspiration ou liposuccion.

Je vous invite à consulter en parallèle :  Adipomastie : traitement par liposuccion de l’adipomastie

Depuis quelques années, une nouvelle méthode se répand sur le marché et se présente comme une alternative à l’intervention chirurgicale : il s’agit de la cryolipolyse, une technique spécifique révolutionnaire qui permet d’éliminer les cellules graisseuses en les exposant à un froid intense.

La gynécomastie mixte

Si l’on constate un excédent de peau en plus de l’amas de graisse, les deux types d’intervention seront nécessaires. Il faudra d’une part retirer la glande mammaire et d’autre part, extirper les excès de graisse.

Les suites de l’intervention

Suite à l’opération, un repos de 4 semaines vous sera préconisé et vous pourrez ensuite reprendre la musculation à votre rythme, progressivement, et développer vos pectoraux comme vous le souhaitez.

Le résultat sera naturel et esthétique et sera réellement appréciable quelques mois après l’opération. Il sera définitif au bout de 6 mois, une fois que les oedèmes auront totalement disparu et que la peau en excédent se sera rétractée.

En résumé la gynécomastie et la musculation

Pour conclure, retenez bien la différence entre la gynécomastie hormonale, qui concerne la glande mammaire, et l’adipomastie, qui n’est autre qu’un excédent de graisse.

Connaître les causes vous permettra de vous orienter vers le traitement le plus adapté. Malheureusement, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la musculation n’a aucun effet sur la gynécomastie.

Elle n’est pas contre-indiquée mais vous pourriez rapidement vous sentir frustré si vous décidez d’axer votre entraînement sur vos pectoraux dans le but de réduire votre volume mammaire disgracieux.

L’unique solution pour traiter cette pathologie est de consulter rapidement un médecin pour pouvoir déterminer le type de gynécomastie mais aussi son stade d’avancement, avant d’envisager une prise de médicaments et/ou une intervention chirurgicale.


Nicolas Dematteo
Nicolas Dematteo

Depuis 2012 j'accompagne les hommes et les femmes à transformer leur physique pour bâtir le corps de leurs rêves en étant à 100% de leur potentiel grâce ma propre expérience et celle de +1500 clients à travers le monde.